AVENTURE DU PARC

11:00 - 19:00

Lundi samedi

+66 831 898 931

tmc-800x800-wh

Approches chirurgicales habituelles de la chirurgie d'augmentation mammaire

Les trois approches d'incision chirurgicale les plus courantes en chirurgie mammaire sont l'inframammaire, la périaréolaire et l'axillaire. Deux autres, l'incision transombilicale ou l'abdominoplastie sont des procédures plutôt anciennes, et manquent à la fois de popularité et de supériorité sur les trois principales. Enfin, les greffes de graisse sont parfois considérées comme donnant un lifting naturel aux augmentations mammaires.

Francis
François Le Berre

PhD Bio-Science, Coordinateur Chirurgie Plastique, Metro Beauty Centers

Les trois procédures les plus courantes permettent la pose d'implants sous-glandulaires (sous le parenchyme mammaire), sous-pectoraux (sous le muscle pectoral majeur) et à double plan (en sandwich entre les muscles pectoraux majeurs et mineurs). Le choix de l'approche incisionnelle la mieux adaptée à une femme donnée dépend des caractéristiques des seins de la patiente et de ses attentes. N'oubliez pas que le chirurgien travaille pour vous, et qu'il doit y avoir une logique derrière le raisonnement de votre chirurgien pour vous proposer telle ou telle chirurgie. Voici ce que vous voudrez peut-être savoir :

L'abord transaxillaire endoscopique

Une femme qui ne veut pas de cicatrices sur ses seins ou qui est très préoccupée par la sensation du mamelon peut être une excellente candidate pour une incision transaxillaire. L'approche transaxillaire est une méthode éprouvée et le succès de l'opération repose sur la compétence du chirurgien. L'incision maxillaire endoscopique étant une approche peu invasive, elle nécessite l'utilisation d'un endoscope et des connaissances anatomiques détaillées d'un chirurgien compétent, familiarisé avec la technique. Une bonne connaissance de l'anatomie est essentielle pour la sécurité des patientes, non seulement pour préserver la fonction et la sensation, mais aussi pour prévenir les complications d'une chirurgie mammaire réopératoire. Lorsqu'elle est effectuée par un chirurgien qualifié, cette opération commence par une incision de 4 à 5 cm dans un pli existant de l'aisselle pour ouvrir les tissus mous. Les ouvertures sont doucement maintenues par des dents pour permettre aux instruments d'être avancés et de percer un tunnel sous-cutané. La technique utilise la visualisation directe par caméra endoscopique pour assurer une orientation correcte. Une dissection pointue des tissus mous est effectuée avec un stylo cautérisant, afin de minimiser les saignements et les blessures aux artères, nerfs et autres organes, et de maximiser le contrôle sur la poche de l'implant. Cette poche est faite pour accueillir l'implant en coupant à travers le tissu dur protégeant le Grand pectoral: le fascia. Lorsqu'il est réalisé dans les règles de l'art, le chirurgien a une vision directe et claire des muscles et des fascias qui ne peut être associée à une approche sous-mammaire.

C'est une opération beaucoup plus exigeante que les autres approches pour le chirurgien, mais lorsqu'elle est effectuée par un chirurgien qualifié, elle ne présente pas plus de complications que l'approche sous-mammaire. Les bénéfices sont la préservation des sensations nerveuses, des résultats extrêmement naturels avec une cicatrice dissimulée dans l'aisselle axillaire, au mieux invisible. Les patients qui subissent cette technique particulière rapportent une plus grande satisfaction que dans les autres groupes.

L'incision périaréolaire

Si les incisions périaréolaires ont tendance à offrir un excellent camouflage (leur principal argument de vente) et sont un outil utile dans la mastopexie (lifting des seins), elles s'accompagnent de sérieux défis et de complications potentielles.

Pour commencer, en raison de la tension sous-jacente après l'insertion de l'implant, l'étirement du diamètre aréolaire est répandu dans une telle chirurgie. La visibilité et la qualité des cicatrices dépendront bien entendu de la technique de fermeture et du mode de prise en charge postopératoire. Mais une trop grande tension cutanée au moment de la fermeture ou une suture inappropriée, produira des cicatrices élargies inesthétiques, et pourrait contribuer à leur hypertrophie, voire à la nécrose du derme. En raison de la tension cutanée, les rendus esthétiques sont également plutôt défavorables sur les aréoles à peau foncée.

D'autres difficultés apparaissent lorsque le complexe aréolaire du mamelon est petit. Contrairement à un implant salin, un implant en silicone sera difficile à introduire par ce site, auquel cas une autre voie d'abord par incision est préférable. Un aplatissement de l'avant des seins est probable, et peu de projection (1 à 2 cm) est à prévoir si l'implant est inséré par dissection sous-pectorale (sous le muscle pectoral). Pour cette raison, cette chirurgie est déconseillée aux patientes souhaitant augmenter fortement leur taille de bonnet, ou ayant des seins présentant une ptose importante, le rendu esthétique ne serait pas satisfaisant.

L'incision périaréolaire est mieux indiquée si une mastopexie (lifting mammaire) est nécessaire après une augmentation mammaire. Il faut alors faire très attention si les implants doivent être insérés de cette façon, pour manipuler très soigneusement le parenchyme mammaire sans le blesser. La contamination du biofilm se produira si les implants sont contaminés par des conduits de lait suintants, des infections apparaissant peu de temps après et une contracture capsulaire entraînant des complications à long terme. Une autre chose importante à garder à l'esprit est que le Grand pectoral est l'un des fournisseurs les plus critiques de l'approvisionnement en sang de la glande mammaire et de l'enveloppe cutanée sus-jacentes. Pour cette raison, un implant sous-pectoral dans une telle approche serait préférable à un implant sous-glandulaire (au-dessus du muscle, sous la glande mammaire), pour éviter quelques risques graves : 1. L'implant sous-glandulaire exposerait directement l'implant au frottement du parenchyme mammaire avec les risques et l'inconfort associés. 2. Le risque de nécrose cutanée et graisseuse dû à une mauvaise irrigation sanguine augmente de manière significative avec l'élévation de la glande mammaire par rapport au muscle pectoral.

L'approche Inframammaire (IMF)

Il s'agit d'une approche assez rapide et directe, commençant par une incision de 4 à 6 cm située dans le tiers inférieur du sein et longeant le sillon sous-mammaire, qui définit le bord inférieur de l'implant. Historiquement, cette incision a été l'incision la plus couramment utilisée pour la chirurgie d'augmentation mammaire, car elle permet de placer un gros implant avec une bonne visibilité, sans compromettre les tissus sous-jacents. Le principal inconvénient de cette approche est que parfois même une incision bien planifiée devient trop haute lorsqu'un implant descend. La descente d'un implant dépend de son poids, de son placement, de son adhérence aux tissus environnants et des caractéristiques des tissus mous du patient. Certains chirurgiens pourraient résoudre ce problème en utilisant des implants texturés. Cependant, le risque de contracture capsulaire sévère est plus élevé avec un implant texturé qu'avec un implant lisse.

Les femmes qui ont un pli sous-mammaire bien défini et une légère ptose mammaire glandulaire sont les meilleures candidates pour cette approche. L'incision sous-mammaire est couramment utilisée dans la chirurgie de révision ou la chirurgie mammaire secondaire sur le patient avec des révisions inadéquates et une mauvaise cicatrisation de la chirurgie précédente.  

L'approche transombilicale (TUBA)

Il décrit la procédure par laquelle un implant mammaire salin non rempli est inséré à travers un tunnel allant de l'ombilic au sein. Si cette procédure est plutôt avancée, elle n'est réalisable qu'avec des implants salins non remplis, elle manque de précision et offre une exactitude médiocre.

Transfert de graisse - liposuccion

Injections de graisse pour augmentation mammaire

L'intérêt récent pour l'utilisation de l'injection de graisse pour l'augmentation mammaire a augmenté, de nombreux chirurgiens estimant que cette procédure est sûre. Le tissu adipeux, qui s'ajoute au volume du tissu mammaire, peut affecter la réactivité des organes terminaux des jeunes femmes à l'influence hormonale. Ces préoccupations soulèvent la question de savoir si de telles procédures pourraient éventuellement contribuer au développement du cancer du sein plus tard dans la vie. De plus, il a été démontré que l'injection de graisse dans des volumes importants provoque la formation de kystes huileux et de calcifications, y compris la calcification du rebord autour des kystes huileux, ce qui peut entraîner la réalisation de biopsies inutiles pour exclure la possibilité d'une néoplasie. 

En conclusion

Le choix de l'incision doit être basé sur le type de chirurgie mammaire que la patiente souhaite réaliser, l'anatomie de la patiente, le type et la taille de l'implant mammaire, les préférences de la patiente et les préférences et compétences du chirurgien. L'étalon-or avec le plus grand nombre de patients satisfaits reste l'approche transaxillaire endoscopique. L'approche sous-mammaire est une chirurgie plus simple et plus initiale qui nécessite toujours une cicatrice sur le tissu mammaire. L'approche périaérolaire répond mieux au besoin d'un lifting mammaire, une fois l'implant mis en place, c'est, le plus souvent, une intervention qui doit être réalisée avec beaucoup de précautions. L'incision transombilicale ou la plastie abdominale n'offrent aucun avantage par rapport à d'autres procédures, et elles ont l'inconvénient de manquer de précision. Les injections de graisse pour le sein sont encore quelque peu nouvelles et mieux utilisées avec une certaine parcimonie.

Le Dr Chartchai est un vrai professionnel de la chirurgie esthétique à Bangkok : lifting, chirurgie des paupières, lifting des sourcils, implants faciaux, lifting du cou et transfert de graisse
Rencontrez le Dr Chartchai Rattanamahattana, l'un des chirurgiens plasticiens les plus distingués de Thaïlande.